• APPC

Consultation au sujet du nouveau PLU de Paris, octobre 2020

1.) Proposition de l’APPC à l’adresse de ses adhérents


«Démolir la synagogue historique de la rue Copernic (24 rue Copernic,

75116 Paris) juste afin de   créer la place pour un nouveau centre

culturel juif supplémentaire (coût estimé à 24 Millions en 2017)… , est-ce

vraiment raisonnable? Depuis précisément un an, il existe, désormais, le

grand Centre Européen du Judaïsme. En faut-il vraiment un deuxième, à

peine à 1 km de vol d’oiseau de la rue Copernic? Est-ce pour pouvoir

dire « L’autre, c’est celui où je n’irai jamais…! »?


Pour les générations après nous, nous souhaiterions plutôt que ce lieu

hautement symbolique puisse-t-être restauré par des architectes experts

en patrimoine architectural, et qu’il puisse devenir un lieu de visite

prestigieux pour tous: pour les Parisiens/iennes concernés par l’histoire

du Judaïsme et par l’Histoire (avec un grand H) française et européenne

tout court.


Au lieu de démolir cet édifice, comme le souhaite l’actuel président de la

communauté, pourquoi ne pas choyer et mettre en évidence les

éléments de l’Histoire qui s’y trouvent réunis? - Depuis 100 ans, le n° 24

de la rue Copernic fut sans interruption la maison mère du judaïsme

libéral francophone; il a subi deux attentats dont les faits ont altéré la

conscience de la nation entière; et il abrite en son for intérieur une salle

de culte Art Déco exceptionnelle (voir l’exposé de Dominique Jarrassé

sur notre Site www.sauvegardecopernic.org).


Citons Victor Hugo à cet égard: « Il y a deux choses dans un édifice: son

usage et sa beauté. Son usage appartient au propriétaire, sa beauté à

tout le monde, à vous, à moi, à nous tous.»


Pourquoi ne pas rénover cette Maison en y installant 2 ascenseurs (sur

le lot du n°26, déjà promis par la Ville de Paris à une extension du

bâtiment)? Et pourquoi ne pas remplacer les 2 derniers étages, décriés

comme « hideux », par une coiffe plus adaptée au style si homogène de

la rue Copernic?


On tiendrait ainsi compte des attentes d’une grande partie des riverains

qui ne souhaitent pas un nouveau bâtiment à l’aspect extérieur plutôt

criard que discret.


L’édifice, actuellement laissé volontairement dans un état négligé,

pourrait ainsi conserver sa salle de culte 1924 pour des offices réguliers

confidentiels (150 pers.); il pourrait héberger les archives du judaïsme

libéral Européen, des salles d’exposition, des salles de conférence, de

musique de chambre, etc... Il attirerait non seulement ceux qui

souhaitent mieux connaître l’histoire du judaïsme émancipé et citoyen, avec son fort impact mondial, mais, dans une époque où l’engouement

pour les voyages culturels ne cesse de croître, il serait un point

d’attraction pour le visiteur éclairé  pour lequel il présente un monument

incontournable (voir la route proposé par JECPJ-France et par Jewish-

Heritage etc.). Il témoignerait à la fois de l’Histoire juive d’entre les deux

guerres, de l’Histoire nationale française et de l’évolution d’une

communauté initialement ashkenase* (alsacienne et parisienne) qui -

depuis l’arrivée en nombre des juifs sepharades* venus de l’Afrique du

Nord en 1962 - progresse vers une communauté à caractère universel.»


2.) Proposition pour le registre de la Ville de Paris:


Compte tenu du caractère unique du patrimoine matériel et immatériel de la synagogue

rue Copernic (24 rue Copernic, 75116 Paris), pourquoi ne pas la destiner à devenir un

lieu public avec une vocation socio-culturelle et cultuelle pour Paris ?


Elle est la Maison mère centenaire du Judaïsme libéral francophone. Elle a survécu à

deux attentats, chacun ayant une signification spécifique dans le contexte de l’histoire du

XXe siècle. Elle conserve intact une salle de culte admirable Art Déco (voir le mémoire de

Dominique Jarrassé « La Synagogue Copernic » sur sauvegardecopernic.org).

Au lieu de la démolir, comme le souhaite l’actuel président de la communauté, on

pourrait la faire restaurer avec respect par des architectes du patrimoine, installer 2

ascenseurs sur le lot du n°26, déjà promis par la Ville de Paris à une extension du

bâtiment, et éventuellement la coiffer de 2 derniers étages plus cohérentes avec le style

encore bien homogène de la rue Copernic.


L’édifice pourrait ainsi conserver sa salle de culte (exceptionnelle pour les connaisseurs

de l’Art Déco) pour des offices réguliers confidentiels, il contiendrait des salles

d’archives, des salles d’exposition, des salles de conférence... Il attirerait non seulement

ceux qui souhaitent mieux connaître l’histoire du judaïsme « réformé », émancipé et

citoyen, avec son fort impact mondial, mais, dans une époque où l’engouement pour les

voyages culturels ne cesse de croître, il serait un point d’attraction pour le visiteur

éclairé (européen, américain etc.) pour lequel elle présente un monument icônique à la

fois de l’Histoire juive d’entre les deux guerres, de l’Histoire nationale française et de la

communauté initialement ashkenase* alsacienne et parisienne qui évolue depuis 1962 –

depuis l’arrivée en nombre des juifs sepharades* venus de l’Afrique du Nord - vers une

communauté universelle.


3. Analyse finale des résultats:


La Consultation préalable au lancement de la procédure de Révision du PLU de Paris à laquelle

vous avez participé vise, entre autre, à protéger le patrimoine et la beauté de Paris. 1024

contributions ont été formulées par des inernautes, 21059 votes ont été réalisés, 3481 personnes

ont participé à la consultation.

L’APPC est citée pour avoir contribué à la consultation élargie.

Parmi les principales contributions localisées soutenues par les votants figure en très bonne

position :

STOP A LA DEMOLITION DE LA SYNAGOGUE COPERNIC, exprimé par 118 votes (la première

contribution a enregistrée 141 votes).

Par ailleurs de très nombreuses contributions localisées demandent la préservation du

patrimoine culturel donc architectural, et là encore STOP A LA DEMOLITION DE LA

SYNAGOGUE COPERNIC, arrive en tête.

L’initiative de la Mairie de Paris participe à une nouvelle donne par l’affichage d’une ambition

forte pour Paris notamment par la prise en compte de la valorisation de son patrimoine,

plébiscitée par 35% des votes, et le souhait de la consultation va dans le sens d’interdire toutes

nouvelles constructions qui ne se placeraient pas dans une perspective de transformation de

l’existant.

L’engagement de l’APPC va dans le sens de cette consultation et fait sienne ses conclusions.

(Analyse par R.Reymann).

Posts récents

Voir tout

The Value of a Synagogue

The prestige that our patrimony once enjoyed is diminished today. Without evoking the ravages caused by war or religious fanaticism, we see peaceful and legal means used to erase our heritage: in Fra

Architecture et urbanisme à Paris

La Samaritaine La Samaritaine, par-delà le bien et le mal. Comme le titrait Jean-Jacques Larochelle dans un édito engagé du journal Le Monde, le projet de l’équipe japonaise SANAA pour la réhabilitati

Accessibilité handicapés

LE TEMPS DES COMMISSIONS La loi « Liberté de création architecture et Patrimoine » du 7 juillet 2016 a profondément modifié l’organisation des commissions qui traditionnellement œuvraient dans le doma