• APPC

Articles parus dans le journal de la communauté Ha-Mevasser du mois d'avril 2017

Il est à noter que contrairement au document de 2015, celui-ci montre que la façade est vouée à disparaître, tout comme l'édifice historique dans son ensemble.


REMARQUES On prétend que l’on ne doit pas « idolâtrer » les pierres. Pourtant, l'insistance à mener ce projet à son terme témoigne d'un attachement extrême aux… “pierres” neuves, qui doivent impérativement remplacer les anciennes. En ferait-on de même avec le Kotel à Jérusalem ? La meilleure manière de ne pas « idolâtrer » les pierres est d'en faire usage, non de les détruire. Plus sérieusement, c'est oublier que loin de se réduire au champ spirituel, le judaïsme voit celui-ci comme profondément ancré dans l’existence matérielle. À l’ULIF, les précédentes générations n’ont pas fait construire un bâtiment éphémère ou quelconque : elles nous ont légué un édifice dont la valeur esthétique le rendait digne d’être transmis aux générations futures. On ne détruit pas un héritage. Qui n’honore pas le passé, s’interdit tout avenir.


Appel aux dons Regrouper « l'ensemble des communauté juives françaises, personnes morales, adhérant aux principes du Judaïsme libéral »




REMARQUE L'objectif consistant à faire « rayonner le mouvement libéral dans le judaïsme français » semblerait correspondre à la déclaration faite au Journal officiel, pour la création d'une association dont l'objet est d'« assurer le développement du Judaïsme libéral en France en regroupant l'ensemble des communauté juives françaises, personnes morales, adhérant aux principes du Judaïsme libéral » (Journal officiel, annonce n° 1177, du 18 avril 2015, p. 1919, déclaration datant du 9 avril). Curieusement, cette ambition n'est jamais explicitée dans les discours de l'ULIF : elle semble passer derrière la description des activités culturelles que la nouvelle synagogue serait destinée à accueillir.


REMARQUE La volonté de construire des lieux plus spacieux nécessiterait, selon les administrateurs, de démolir intégralement l'édifice historique. À aucun moment il n'a été question de faire appel à un architecte du patrimoine afin de conserver l'existant, qui représente pourtant une grande valeur patrimoniale.

Posts récents

Voir tout

Communications de l’ULIF

Le Conseil d'administration de l'ULIF fait une communication minimale autour de la démolition de la synagogue : il s'agit exclusivement de plaquettes publicitaires destinées aux membres de la communau