• APPC

Catherine Lara

Un nouveau bâtiment ostentatoire ?

Lettre ouverte à l’attention de Madame la Maire du 16e arrondissement, madame Danielle Giazzi, et à monsieur le Président de l’ULIF-Copernic, M. Jean-François Bensahel : Au sujet du projet de démolition et de la construction d’une nouvelle synagogue rue Copernic. Paris, le 29 février 2019 Madame le Maire, Monsieur le Président, Je me permets de revenir au projet de la démolition complète et d’une reconstruction de la synagogue rue Copernic. Nous autres riverains de la rue Copernic, devons nous interroger sur notre rôle face, hélas, au très grand risque de déstabilisation de ce quartier, étant donné l’inévitable publicité autour de la construction d’une nouvelle synagogue* qui, plus est, se veut beaucoup plus spacieuse et visible que l’ancienne qui, elle, sera anéantie. Il est impossible, raisonnablement, de nier le danger que courent les habitants du quartier. Protéger la vie de chacun, c’est le rôle de toutes les religions et des structures de l’État qui nous garantissent cette protection; on ne peut pas banaliser l’être humain et rester insensible aux accès de violences de certains entre eux. Pour ceux qui pensent que la vie est un don de Dieu, il est impossible de fermer les yeux sur une terrible actualité qui s’attaque aux pratiques religieuses et qui ne demande qu’à s’étendre. C’est être proche de la Foi que d’être humble et attentif à chaque être vivant de quelque confession qu’il soit. Alors il est évident que ce n’est pas le moment pour souffler sur les braises et d’attiser les mauvaises intentions – en propageant un tel projet. P.S. : Évitons que ce quartier devienne une place forte “sécurisée” en permanence (à quel coût ?) par la présence de cars de police. Il y aurait là un échec flagrant par rapport à une vie fraternelle que doit inspirer toute religion. Th. D., riverain de la rue Copernic *si elle se réalise




Posts récents

Voir tout

José-Serge Lalou, avril 2021

Lettre de M. José-Serge LALOU, Paris/Eilat Je suis entièrement d’accord avec vous. Persistez dans vos démarches qui, en principe, vont aboutir normalement – je l’espère – à une solution définitive sat