• APPC

Emile Kaçmann

Né le 16 février 1914 à Budapest et mort le 17 juin 2001 à Mantes-la-Jolie, Emile Kaçmann

est un chantre hazzan français, d'origine hongroise, survivant d'Auschwitz. Il fut hazzan de la

synagogue de la rue Copernic (Union Libérale Israélite de France) de 1946 à 1991.


Témoignage de Jean-Michel Kaçmann


Il y a 21 ans un grand homme nous quittait, c’était mon Père. Je ne vais pas encore revenir

sur le fait que c’était la plus grande voix de Hazan de son époque. Beaucoup de chanteurs

peuvent avoir une belle voix mais ne pas transmettre d’émotions et de ferveur, je connais

les noms mais je ne dirais rien. Je vais vous parler pour une fois de l’homme au quotidien.

Au travers de ce qu’il avait vécu et par son éducation ce n’était pas un homme facile à vivre.

Il montait très vite en température et quand il était bien chaud il ne fallait pas croiser son

chemin. Pour être honnête j’ai un peu hérité de son caractère soupe au lait :=).

Il aimait profondément son épouse et ses 3 enfants, il nous protégeait comme un tigre, prêt

à bondir sur toute personne qui s’approchait trop près de nous.

Il aimait aussi sa communauté et sa Synagogue comme une seconde famille et une seconde

maison.

Je vais vous livrer un secret qui va peut-être le faire descendre un peu de son piédestal. Mon

Père était un grand maniaque de la propreté et quand nous avions des copains qui venaient

à la maison il les terrorisait en leur disant avec sa grosse voix du fond de son fauteuil "chaussures !"


Il ne valait mieux pas venir à la maison avec des chaussettes trouées, car tous les copains et

copines retiraient leurs chaussures ou partaient en courant en se demandant chez qui ils

étaient tombés. C’est ce qu’on appelle la sélection naturelle, ceux qui passaient avec succès

le test pouvaient revenir.

Que dire de plus, il me manque toujours autant et sa voix raisonne toujours dans ma tête et

dans mon corps comme s’il était à côté de moi.


Emile Kaçmann (accompagné par sa mère et son épouse) lors de la remise de l’ordre pour le Mérite ou de la Légion d’honneur à la synagogue rue Copernic. Au premier plan son fils Jean-Michel.