• APPC

Ralph TOLEDANO, 2017

Questions d'argent

Le projet de démolition de l'édifice historique, suivie de la construction du nouveau bâtiment engage des coûts considérables: 500 000 € pour les deux cabinets d'architectes ; plus de 20 € millions pour la réalisation. Devant l'absence de transparence dans la démarche du conseil d'administration, cette perspective provoque de réelles inquiétudes.

Je trouve choquant qu’en cette période où la pauvreté ne cesse de progresser (y compris chez les Juifs français et les israéliens), une association de culte israélite fasse un projet architectural de 20 millions, alors qu’avec un maximum de 1 million Copernic pourrait être remis à neuf et aux normes de sécurité. Ce gigantesque excédent d’argent que l’on soustrait à des programmes sociaux ou éducatifs me scandalise. Il s’agirait de conserver tout ce qui peut l’être, et surtout de ne jamais sombrer dans la fantaisie stylistique, devenue absurde depuis quelques années. La dérive matérialiste des Juifs est désastreuse; elle est la caricature d’un nouvel état d’esprit mondial qui ignore le respect des lieux entretenus avec rigueur et modestie, au profit d’une enflure orgueilleuse dont le Hamets est le symbole. En cette veille de Pessah, je forme les vœux de voir notre barre se redresser en direction d’une dignité et d’une retenue reconquises. D’autre part, à la veille d’une élection qui risque de placer à la tête de la France une antisémite pétainiste, attirer l’attention de tout un quartier (et de toute une ville) sur un édifice ronflant de vanité, m’apparait comme une inconscience. Il est souhaitable que Copernic continue d’exister derrière sa façade haussmannienne XVIe arrondissement : elle garantit sa sécurité et sa dignité intérieure qu’aucun faste ne peut remplacer (n’oublions pas que Copernic fut le théâtre du premier attentat meurtrier d’envergure perpétré en France après la Guerre !). Souvenons-nous par ailleurs de l’excès dans les proportions et le luxe des matériaux qui présida à la construction du Temple d'Hérode qui ne dura que peu de décennies (comme toutes choses vaines). Enfin, que pensez-vous faire de l’esprit des lieux, de cet écho inaudible aux oreilles physiques, accumulation de générations de prières et d’études sacrées ? Les architectes et entrepreneurs de votre projet pharaonique l’ont évidemment oublié, au profit de l’appât de leur gain. En tant qu’historien d’art et environnementaliste, je me révolte aussi contre l’abolition des repères du passé : ils sont riches de leçons. Bien que ne faisant pas partie de votre communauté, je serais heureux de pouvoir exprimer au Conseil de Copernic les réflexions que cette désastreuse nouvelle m’inspire. Avec mon meilleur souvenir, Ralph TOLEDANO, 2017

Posts récents

Voir tout

José-Serge Lalou, avril 2021

Lettre de M. José-Serge LALOU, Paris/Eilat Je suis entièrement d’accord avec vous. Persistez dans vos démarches qui, en principe, vont aboutir normalement – je l’espère – à une solution définitive sat