• APPC

Rencontre de l'APPC avec le Conseil d'administration le 27 avril 2017

À la suite du lancement d’une pétition Contre la Démolition de la Synagogue rue Copernic, le Conseil d'Administration de la Synagogue (CA) a reçu des représentants de l'Association pour la Protection du Patrimoine de Copernic (APPC), le jeudi 27 avril 2017, pour une réunion dite “de conciliation”. Cette réunion a porté essentiellement sur la forme plutôt que sur le fond de la pétition des 3 800 signataires. Le CA affirme que “rien n’est arrêté”, mais ne veut donner aucune garantie formelle concernant la conservation du patrimoine. Le CA insiste que la démolition intégrale est “nécessaire”. Néanmoins, et à la suite des échanges, le CA a su faire preuve d’une certaine ouverture, comme indiqué en fin de ce communiqué. Lors de ladite réunion “de conciliation”, le CA a posé les questions suivantes : 1. Pourquoi l’APPC fait-elle de la “désinformation”, publiant des communications “partielles” au sujet du projet ? L’APPC a été créée par des membres actifs de la communauté dans le but d’informer et d’apporter de la transparence au projet du “Nouveau Copernic”, annoncé comme définitif par le CA en octobre 2016. L’APPC s’efforce de transmettre toutes les informations mises à disposition par le CA. Si celles-ci peuvent paraître partielles, c’est que le CA n’en a pas communiqué de plus complètes. 2. Pourquoi l’APPC considère-t-elle le CA insuffisamment soucieux du patrimoine de Copernic ? L’APPC est convaincu de l’attachement sincère des administrateurs à la synagogue, mais elle a aussi la conviction que cet attachement – à une histoire et à un patrimoine – est incompatible avec tout projet de démolition. 3. Pourquoi l’APPC pense-t-elle que la démolition n’est pas nécessaire ? L’APPC consulte régulièrement de nouveaux spécialistes, parmi lesquels des architectes du patrimoine. Aucun d’entre eux n’est arrivé, jusqu’à présent, à la conclusion que la démolition intégrale de la synagogue soit nécessaire : ni pour l’agrandir, ni pour la mettre aux normes. 4. Pourquoi l’APPC lance-t-elle une pétition publique sur Facebook, exposant ainsi un problème qui devrait rester interne à la communauté ? Nous estimons que la communication faite par le CA autour du projet n’est proportionnée ni à l’envergure ni au caractère irréversible de ce dernier. Avant de lancer la pétition, des membres de l’APPC avaient demandé au CA d’ouvrir une plateforme de dialogue au sein de la communauté, grâce aux instances propres à celle-ci. Le CA a refusé cette démarche, sous prétexte qu’elle “ferait désordre”. Il n’a entrepris de communication que sur la proposition de son choix unilatéral : celle impliquant la démolition et la reconstruction de la synagogue. Face au dépôt imminent du permis de démolir et de construire annoncé par certains membres du CA, l’APPC n’a eu d’autre choix que de se constituer, et d’utiliser tous le moyens à sa disposition pour informer les parties concernées. Enfin, le CA a offert à l’APPC la possibilité de travailler à une proposition alternative à la démolition, en ligne avec les principes de la pétition. Si la prise en compte de cette future proposition reste suspendue au bon vouloir du CA, nous saluons publiquement cette initiative qui va dans le sens de l'agrandissement et de la mise aux normes de la synagogue de la rue Copernic, tout en préservant son irremplaçable patrimoine.

Posts récents

Voir tout

Lettre d'information

Paris, le 14 mai 2021 Chers amis de l'APPC, Cette « lettre d’information mai 2021 » souhaite, avant tout, vous remercier pour les nombreux témoignages en faveur de la protection du patrimoine de la sy

Nouvelles juin 2020

Chers amis adhérents et sympathisants de l’APPC, La semaine dernière fut une semaine importante pour notre combat en faveur de la préservation de la synagogue rue Copernic : 1. Sur le front de la proc

Lettre d'information du nouveau

Chers amis adhérents et sympathisants de l’APPC, La semaine dernière fut une semaine importante pour notre combat en faveur de la préservation de la synagogue rue Copernic : 1. Sur le front de la proc